Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Mariam de Sainte Cécile

En pensant aux araignées de JOËLLE:

19 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile Publié dans #Articles et textes

Une lampe ancienne pleine de poussière et de toiles d’araignées éclaire une encore plus vieille bergerie avec des pierres de granit et quelques trous entre les pierres de ci de là, un sol inégal, mais avec un bon poêle et une réserve de buches de chêne bien sec.

Une porte vitrée ou la mésange a déjà tapé trois fois en pépiant, une porte qu’on lui ouvre pour qu’elle aille voler dans le ciel, sur le seuil l’on voit au loin un rayon de soleil qui rosit les monts du Canigou.

Des panneaux indiquant « souricettes dehors ! » Une maison ou la couleuvre vient déposer par habitude sa peau chaque printemps parce que du temps où il n’y avait pas de toit, pas de fenêtres et un sol en terre battue, elle venait là et qu’elle continue et que les habitants ont pensé qu’elle avait sa place dans l’équilibre des choses de la vie.

Une maison poussière en raison du poêle, une maison ou les toiles d’agrainées hibernent jusqu’au printemps, alors : dehors tout le monde et sur le pas de la porte ou parfois il ose le coquin se nicher entre le flacon d’eau de rose et la crème de nuit un mister crapaud énorme, vient voir ce qui se passe ici

Mais c’est quoi cette maison ?

-Moi, le S DF, moi le petit orphelin du bout du monde, nous disons que c’est un palais !

-Moi qui ai villa est piscine à Saint Tropez, je dis c’est un taudis même pas bon pour mes chiens.

-Moi l’enfant qui aime les contes de féeries, je dis c’est une maison de sorcière ou une maison de peau d’âne !

Moi président, je dis que c’est une maison pour les sans dents.

Et moi ? Et vous ?-vous pensez quoi de cette maison ? Ça dépend… hein ?

Si, il y a une petite mère - veilleuse à intérieur, dans la nuit on voit une lampe qui brille, la cheminée d’où s échappe une fumée qui danse vers le ciel, alors on s’approche, on sonne la cloche, la porte s’ouvre, et deux bras vous serrent sur le cœur de la mère.

La table est mise, vous êtes attendu, des effluves de bonne senteur mitonnées dans les marmites vous allèchent les papilles, une tarte aux pommes couronne le tout ! vous avez tout à coup très faim !

Allez… venez… raconter… ce qui vous amène, un mouchoir pour vos larmes ? Des oreilles pour vos malheurs ? Des câlins, des tendresses ?

Même un matelas rajouté pour votre sommeil ?

Des rires et des histoires pour vos douleurs !

Des chants et des danses, de l’amour plein d’amour !

Guérison assurée!

Bergerie enchantée par l'Amour!

Et……. c’est LA MAISON DU BONHEUR !

C’est chez Mariam à Sainte Cécile ! 19 Février 2015

En pensant aux araignées de JOËLLE:
Lire la suite

LOCO MUNDO

17 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile

Voici comment un ami voit et pense qu'est Mariam ! Sa vision est assez juste!

Lire la suite

Le tableau de Salvador DALI

14 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile Publié dans #Contes-Histoires-Faiéries

" Pour le défi N°30 du jardin Virtuel : Rencontre avec l'esprit du peintre !"

Transmis en médiumnité virtuelle.

La médium s’interrogeait, pourquoi cet homme aimait il tant les tableaux de Salvador Dali ?

Pendant que sa pensée se concentrait sur la question, sa main droite appuya sur le bouton de la radio. L’émission portait sur un livre dont le thème était le musée du pain. Pour illustrer ce livre deux peintres avaient été choisis, dont Salvador Dali, qui avait dans de nombreux tableaux traité ce symbolisme du pain , parce que Salvador Dali etc. etc……. Bien, autant économiser mes neurones, pensa la médium qui se dit tout haut : maintenant je sais pourquoi !

Passent les minutes, le temps s’enroule et cueille la nuit. Paraissent les étoiles par la fenêtre, elle regarde depuis son lit, alors revient l’idée du peintre... Et si je…?

Après tout, une fois, j’ai peint concrètement sous médiumnité des personnages qui étaient ressemblants, lorsque j’ai crée cette tenture à la licorne, si ressemblants que le jardinier était ce qu’il advint trois ans plus tard, après un accident, et que la fée dix ans plus tard sombra dans la folie. Comment ai-je pu peindre des caractéristiques alors qu’elles arriveraient des années après la peinture dans la vie des personnages ?

Et Dali….

Ce fut instantané, le même froissement connu des éthers à l'arrière de son dos, à la base de ses omoplates, son corps allongé se retrouva assis en éthérique, son bras était celui de Dali, sa voix dit : -tou regarde bienne et tou écoute bienne- !

(Tu regardes bien et tu écoutes bien)

SI. SI. SI ! Des yeux qui roulent à la Dali, partout des chatouilles de moustache et une énergie à faire pâlir les cathédrales !

Une toile blanche posée devant elle, un long pinceau en main, des couleurs qui jaillissent par instantanéités avec des flashs et des slashs sur la blancheur de la toile.

-Diviso la toila en-…… (Divise la toile) STOP Dali ! jamais je ne pourrai retranscrire votre accent -ma qué si tou pourrrra -! (mais si tu pourras)

Moi, je vous entends mais eux derrière leurs yeux et leurs yeux lunettes, ils ne vont rien comprendre ! doummage nina doummage (dommage fillette dommage)

La médium divise la toile en proportions égales, en quatre pour l’horizontalité et en trois pour la verticalité.

Tout prends le joune l’oocre ! (tu prends le jaune et l’ocre) Dali parlons français pliz ? contradictionne (contradiction) féminine bueno ! (bien)

La médium peint la partie basse du tableau, une base de terre, un sable dur où rien ne pousse, où se trouvent si peu de cailloux. Un lointain plat, une grève où se jouent les couleurs de terre sableuse mariées aux cassures de coquillages nacrés, ensablés de beige, par endroit un trace verdâtre de fond d’eau stagnante asséchée.

Ouhhhhhhh là hé monte un peu par déchiquetour sour l’alcance !

(Déchiqueter sous la rangée) de deux et maintenant en plein milieu tu poses la pierre d’angle une vraie pierre aux angles bien derecho(droits) de couleur pierre… quoi …en vrai 40X40 X40 (le 4 de la matière x par 10) bien solide hermosa (belle) pierre d’angle !

Maintanant tou va à derecho sour les cajas oune et dou(tu vas à droite sur les cases une et deux)

La main de la médium, sous l’énergie du maître, trace les lignes d’une barque, une barque de pêcheur, la barque de Charon qui mène vers l’Hadès, qu’il suffit de mettre à l’eau……………. noooooooooon s'écrie la médium !

Imperturbable, Dali ordonne :Tou dessine la barca (tu dessines la barque) renversée sur la grève, la barque abandonnée par le passeur.

La médium questionne : Elle n’est pas un peu grosse sur deux cases ? Non ?

Regarde sa vieille couleur éraillée de blanc et bleu pâlichon, délavé par l’eau du Styx. Le bois est solide, mais vieux, blanchi par le soleil depuis que la barque est abandonnée avec au milieu une planche qui s’est détachée du fond. La lame de bois s’est soulevée, il faudra réparer avant de s’en servir ? T-occupe NINA mets le détail au bout de la planche… deux clous rouillés !

Okay deux clous rouillés…… bien rouillés … de quoi attraper le tétanos ça va ?

Mmmmmmmmpufffff…………. tétanos ?

Maintenant à gauche sur les deux cases du bas :

Tou dessine oune gigannnntesque(tu dessines un gigantesque) sablier !

Un sablier ? Peins !

Un sablier en bois avec du verre pour ses parois, ce n’est pas facile, ………………..trop raide ta main…………… lâche !

La medium lâche et le sablier se crée… le bas du sablier contient….ben quoi ? Pas du sable……….C’est quoi ça ?.... des chiffres, des tas de chiffres de un à neuf entremêlés, mariés, collés, tous les chiffres dans le sablier mais alors il ne reste plus de temps à passer ?

Ou si regarde dans le haut du sablier tout vois (tu vois) ?

La medium voit autant de chiffres qu’en bas…. mais que des Zéros.

Pourquoi Dali ?

Ma qué… l’infini… la vie… la mort… le tout… le rien…Ouroboros le serpent qui se mord la queue… l’œuf cosmique aussi!

Allez tou(tu) va comprendre revienne (reviens) vers la pierre d’angle où tout commence et où tout finit. Tu vas le peindre… lui… assis par terre, sur la grève ! je peins un homme assis ? Sur les deux cases ? oui !

Oui, comme ça, la médium le voit : l’homme est nu avec juste un pagne style antique, de toile grise.

Proportion moyenne, musculature à peine dessinée mais marquée, une peau légèrement bronzée, il s’assied « gentiment », sa jambe droite repliée sous lui, son coude droit en appui juste au milieu sur la pierre d’angle, sa main paume sur sa joue soutenant sa tête, ce qui fait de lui un être penché vers la terre où sa tête s’incline. Ses yeux regardent encore la terre, son expression est… questionnement de vide et d’absolu, de non espérance. La pierre est petite, il va basculer et son coude glisser, pense la médium.

Tou est pas dans sa tete tou peins (tu n’es pas dans sa tête tu peins)

Justement si, la médium est dans sa tête, dans son corps, partout, elle a le goût du sable dans sa bouche, elle est le bois de la barque qui crie son manque d’eau, elle est la dureté de la pierre, les chiffres du sablier et le reste aussi, éparpillés et réunis à la fois .

La médium est dans l’unité, dit Dali ! C’est tout ! Garde l’unité à l ‘intérieur et reviens-là, ici et maintenant !

Il est bancal l’homme ? Normal regarde, peins sa partie gauche féminine, jambe allongée, abandonnée jusqu'aux orteils, pousse ; tire le pinceau vers la droite.

Oui mais alors on voit son dos ! Oui, dit DALI, J’ai pas dit de face pour l‘homme mais replié sur lui-même, de côté. La médium s’applique. Le bras gauche, je fais quoi du bras gauche ? Comme la jambe, le torse abandonné au mouvement, tu places sa main posée sur sa cuisse, la paume ouverte. C’est tout pour l’instant !

Oui, il n’a pas beaucoup de cheveux ? ma qué tou (mais quoi tu ) veux le faire chauve ? NO. NO .NO !

Maintenant tout le reste ; tou fait le cuiel partou ? Partout un ciel ? Avec ce que tu vois dans le ciel : des nuages blanc cotonneux, juste sur la barque, des oiseaux au-dessus du sablier, trois mouettes pour le rire, un goéland pour le rêveur… du soleil ? No pas soleil -soleil intérieur !

Sur le ciel au milieu, juste tou fait oune éclaici (tu fais une éclaircie)

La medium voit la travée lumineuse qui va crever le haut du tableau juste au-dessus de l’homme, elle étire la couleur jusqu’à la rendre transparente sur le ciel, cet endroit… une apparition ? jouste oune visage femimin (juste un visage féminin) qui manque à l’homme. Juste un visage de femme ? OUI !

Un visage de vierge, comme une rose, les yeux presque clos, juste un filet de lumière passe sous les cils baissés… STOP !

Reviens au sable et tu traces des lignes sur le sable. Des lignes comme des figures géométriques, partout des triangles, des losanges, des carrés, des hexagones, partout en lignes lumineuses sur la grève. C’est ça qu’il regarde l'homme oui, la fabricationne (création) de la terre à partir de geometría sagrada (géométrie sacrée)

Et sur son dos nu tu lui …..Oh non pas ça ….. dit la médium qui a vu l’image se dessiner. Si.si .si.si, alors elle peint au milieu des omoplates deux départs, deux tronçons d’ailes d’oiseaux, ou d’anges, des ailes rognées arrachées d’où il ne reste à gauche qu’une base souche comme un tronc d’arbre déchiqueté par un ouragan et le double de hauteur à droite.

Dali ne dit plus rien, la médium a compris, elle remonte au visage féminin, elle imprègne le pinceau d’un rouge carmin, alors Dali intervient. Tu poses juste par transparence, une sur les cils, vers la paupière droite, une sur la joue gauche, trois dans le ciel comme un chapelet de rosée au printemps ; de douces larmes de sang transfigurées qui tombent sur les moignons d’ailes … et tou arrrete tou va pas l’inondationné ! (et tu arrêtes tu ne vas pas l’inonder)

Hé … ça secoue…. mais c’est une œuvre symbolique !

Aujourd’hui vraiment pas drôle ce tableau ?

Ma queé magniiiifico tou voulou decir ? (mais quoi magnifique tu veux dire ) regarde le changement à venir et tou termina en mettant dans sa mano l’huevo cosmico ( et tu termines en mettant dans sa main l’œuf cosmique).

La médium concentre tout son amour, elle sent la tiédeur de la main humaine, elle est l’odeur, le goût, le toucher et le tremblement de vie, alors elle caresse avec le pinceau imprégné de blanc, elle crée l’œuf de la même hauteur que les doigts de l’ homme…

Si dans son inconscience il referme sa main, il le brise, mais si ses yeux se tournent vers la chaleur de l’œuf, alors telle une fleur de paradis l’œuf va éclore et germer.

la fleur grandira, l’embaumera, l’enchantera, la joie sera en son sang alimentant son étincelle de lumière située en son cœur, particule de son étoile source faisant jaillir la lumière d’esprit en son être.

Alors un nouveau tableau se peindra !

La médium recule et regarde : c’est fou dit-elle, je pourrais le peindre en vrai, si je croyais plus en moi !

tou podria ma qué tou na pas de pentourre ( tu pourrais, mais tu n’as pas de peinture) dit Dali dans un éclat de rire tonitruant avant de quitter le corps de la médium AH. AH .AH. AH.AH .AH.AH. AH.!

La médium désire se lever, mais impossible, c’est un carrousel, un manège qui tourne, tourne, sans fin… houlà…. elle avait oublié, quand on peint sous médiumnité, la composition vibration correspond au chiffre trois, il y a une dimension dans l’espace même en virtuel alors… elle ferme les yeux… attend dix minutes que la fenêtre pleines d’étoiles revienne à sa place !

Qui se souvient du tableau ?

L’écriture l’a-t-elle rendu bien vivant dans votre tête ?

La médium n’a pas de problème avec la retransmission écrite, la correspondance vibration est en chiffre deux, alors que la musique est chiffre vibration cinq comme les cinq notes Celtiques. Ce n’est qu’aujourd’hui que nous avons -do ré mi fa sol la si -do - gratte moi la puce que j’ai dans le dos !

Ah. ah. ah .ah. ah .ah. la vie est une écriture, une musique, une peinture, une douleur, une joie, un bonheur, TOUT QUOI ! AIMER C’EST VIVRE !

Parce qu’une médium pensait à un homme !

Écrit un jour de janvier de l’an 2015 MARIAM de SAINTE CÉCILE.

Le tableau de Salvador DALI
Le tableau de Salvador DALILe tableau de Salvador DALI
Lire la suite

L’inaccessible femme oiseau

12 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile

La femme oiseau sort de l’oubli

des millénaires de poussière,

et de terre recouverte ,

son réveil est annoncé par ses ailes déployées.

Ce n’est plus psyché , à trop Eros pleurer.

Elle est ailes depuis toujours,

elle se révèle, papillon léger ou fée diaprée.

Sentiments de larmes de mers, en océans,

de volcans grondants, être terre, poussière d’étoile

feu, air et éther ,eau des rivières,

la femme oiseau est en mon cœur,

prête à son propre envol ,vole, vole !

Son habit lumineux tissé par le soleil,

majesté, rayonnante, couronnée,

jaillissante par son souffle,

elle se pose là ou sa main de lumière l' a rejoint !

Mais elle n’est rien qu’un songe ,

Un rêve qui a peine tissé, s’éparpille au vent

Alors dévoilé, révélé ,élevé

elle est nue… dans sa vérité !

1 3 février 2015 Mariam de Sainte Cécile

  L’inaccessible femme oiseau
Lire la suite

La harpe Magique et le Renardeau

12 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile Publié dans #Contes-Histoires-Faiéries

Il était une fois ,une harpe magique déposée au coeur de la forêt de Pigdry ,le gardien en était un renardeau au poil roux et luisant aux yeux coquins, à la sagesse incommensurable de plus il était immortel.

Vint à se perdre à moins qu'elle ne se fut trouvée en forêt de Pigdry la mortelle humaine Asphola ,attirée par les sons cristallins de la harpe, elle posa ses mains sur les cordes !

Arrête malheureuse..... s'écrira le renardeau...... tu dois avant de jouer apprendre le sens de chaque chose ,une longue initiation commence pour toi car chacun le sait quand le disciple est prêt le Maître arrive.

Toute chose étant maître dit encore le renardeau ,ainsi commença l'initiation d' Asphola vers sa lumière intérieur........

Le renardeau enseigne :

Les sons cristallins de cette harpe t’ont attiré en ce lieu car en toi était le désir de rejoindre le son. Cet appel était le tien pour un autre le désir d’appel sera différent. Celui- ci est ton son, cet appel est celui de ton âme ,ton refuge intérieur, ce son une fois anobli par ton âme, intégré, fusionné , à elle, te propulsera vers la lumière de l’unité .

Utiliser ce son dans l’ombre qui t’habite encore à ce jour serait te détruire car l’ombre ne détruit pas la lumière mais elle même dans sa propre ombre.

Ashola écoutait le renardeau sans réellement intégrer ce qu’il disait. Elle sentait juste un petit chemin se tracer dans ses pensées et quelque chose de plus fort que tout l’attirer irrésistiblement vers ce point brillant d’ ou provenait la parole du renardeau.

Fixant son regard sur le petit animal elle fut surprise de voir défiler devant elle de multiples images se superposant rapidement les unes aux autres. Un très vieil homme à la barbe longue et blanche comme neige, une jeune femme semblable à une fée sortie de son vieux livre de conte, un jeune homme au sourire attirant, puis une vieille femme au regard lumineux .

Mais dit elle troublée , qui êtes vous ?

Je suis toi sous les multiples formes que tu veux bien me prêter.

Oxty est mon nom , aujourd’hui je suis le renardeau , un peu toi ,un peu mi- humain ,je parle, mi- animal par ma forme, encore mi- femme mi-enfant , pourtant Asphola avait l’impression de toujours l’avoir connu au fond d’elle même, étrange se dit elle.

Seigneur qu’elle folie ! Comment vais je retrouver ma bicyclette sur le bord du sentier.

Oh vite , que je regagne mes jeux vidéos, mes sandwichs, mes plaisirs du monde bien réel.

Je suis tarée à donf les manettes , folie ou pas Oxty était toujours à la fixer avec un amour infini .Hé oui vous en passez tous par là !

Le retour à l’autre espace est un retournement des lumières, ce que vous croyez bien réel n’est qu’un rêve ! je suis une autre réalité que tu perçois comme un rêve !

La première des instructions sera d’apprendre, cet état d’impeccabilité nécessaire à ton accomplir. Impeccabilité de ton être ,de tes paroles ,de tes actes et de tes actions .

Vous allez me donner un livre pour que je sache cela ? dit Asphola ,glissant un regard à la harpe objet de sa convoitise , qui plus que tout serait la carotte pour son corps d’âme.

Non pas de livre, la connaissance passe directement du maître à l’élève, cela prendra le temps juste qu’il te faut .

Demain tu t ‘éveilleras et chacun de tes actes sera perçu par toi différemment ,tu te verras agir alors un regard de toi se posera sous un angle différent et tu t’aligneras sur ce regard.

Ce qui hier te semblait impossible se posera avec justesse, tu te transformeras toi même, par toi même vers ce qui est ton centre vers ton cœur pour commencer .

Quand tu seras prête, tu le ressentiras, alors tu reviendras ici, pour une autre étape.

Un flou s’installa, une note cristalline retentit , Asphola songea à retourner vers sa bicyclette jaune canari!

à suivre…..pour les gourmands…

Mariam de Sainte Cécile 12 Février 2015

La harpe Magique et le Renardeau
Lire la suite

Témoignage d’une Wwoof Anglaise

11 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile Publié dans #Articles et textes

Alida est resté dans notre petite famille spirituelle d'âmes une grande amie

de coeur et d'amour .,je publie son témoignage après 10 années

uniquement parce que ses mots inspirés peuvent aider

aujourd'hui d'autres personnes sur le chemin.

Merci ALIDA!

Mariam de sainte Cécile

*************************************

Témoignage d’une Wwoof Anglaise

Mes impressions sur mon séjour à Sainte Cécile

Je sentais le besoin de m’unifier avec mon cœur. Mon cœur que j’avais laissé dans la vallée de Canigö*l’année passée. Donc la vie m’ amené ici à Sainte Cécile.

Je suis arrivée avec une blessure de séparation, même si je n’ai pas retrouvé mon amant, je me suis réunie avec mes montagnes et le Canigö, qui me salue tout les jours en me réveillant.

Mon âme lentement à commencer à s’apaiser.

J’ai rencontré Mariam, Josépha, Leïla, le cheval et Gopala le chat.

Ici à sainte Cécile, j’ai appris des choses qui m’ont donné la force d’être dans l’Amour. L’amour humain toujours m’a blessé. Mais ici j’ai eu l’expérience de sentir l’Amour Divin.

Même ici je suis une débutante dans cette affaire.

J’ai appris à danser avec les énergies autour de moi.

De ne pas rouspéter si quelque chose ne me va pas , juste tourner le dos au vent .pas contre le vent.

Je comprenais cela mais je ne savais pas comment le faire en pratique et ça je l’ai appris .,

Pour fonctionner sur la terre il faut être équilibré. Esprit émotion et le corps. j’ai vu comment Mariam danse avec les éléments pour être équilibrée. J’ai vu l’amour dans tout ce qu’elle faisait .

Sans amour personne ne peut vivre dans les conditions naturelles et presque sauvages.

Sans électricité, sans eau dans le robinet et sans salle de bain et sans le confort de la vie moderne.

Déjà j’avais compris avant de venir ici que il fallait unifier avec la terre pour être heureuse ça veut dire travailler en coopération avec la nature pour se nourrir et de guérir, de préparer la terre, arracher les herbes pour semer, toujours avec l’amour et l’aide des Dévas et l’attention sur ce qu’on fait .On mets tout notre état d’être.

Pour réussir dans ce chemin d’amour et être heureuse, j’ai compris que il n’y a pas de place pour un égo gonflé !Surtout à sainte Cécile parce que Mariam est un « bulldozer » pour l’égo !

L’égo est trop sensible quand blessé, il ne peut pas sentir l’amour ; sa vision devient floue et puis on devient dépressif , sans équilibre et puis on peut pas bien fonctionner.

Donc Coopérer et danser avec les éléments comme Mariam est très important pour mon bien être.

Le travail est l ‘antidote à la dépression et l’œuvre est méditation en pratique.

Finalement d’aimer et être aimer c’est une illusion ; parce que l’amour est toujours là ; c’est à nous le sentir ou pas.

Merci Mariam

Alida (54 ans) 5 juillet 2005

*Canigö est le nom Catalan de Canigou "montagne sacrée" en Pyrénées Orientales.

Témoignage d’une Wwoof Anglaise
Lire la suite

Vision d'un autre monde............

6 Février 2015 , Rédigé par Mariam de Sainte Cécile Publié dans #Articles et textes

Pour la femme Visionnaire ,

regarde la vie pour l'aimer,

pour l'aimer dans toute sa richesse.

Regarde en face la VIE,

pour la comprendre, l'honorer et après

la laisser aller comme un souffle qui s'en va!

dédicace donné à Mariam par DON MARCELINO

sur une image des autres mondes

remis par ALIX à Mariam Noël 2007

Merci à vous deux !

Aujourd'hui mon voyage me mène aux rivages des autres mondes......

au propre comme au figuré.

Vendredi ­6 février 2015

Mariam

Vision d'un autre Monde........

Vision d'un autre Monde........

Lire la suite