Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Mariam de Sainte Cécile

Le Condor

                                                     17 AOUT 2009 -11Heures

 


J’ai la nostalgie d’un ailleurs  si différent de ce monde… … …



De grandes vagues de tendresse me ramènent une foule de sensations diffusent et si réelles …  … … d’un nouveau monde plein de lumière.


Je ne suis plus ce vieux moi étriqué  ou ceux d’ici veulent me retenir pour sauvegarder leurs peurs d’une réalité  éphémère et je n’ai  que faire de leur emberlificotages , je les aime au-delà d’eux même ,mais ils préfèrent encore jouer avec leurs mots  vides des sens nouveaux ou  avec les sensations  de la terre , usée à tant les porter ,ils veulent m’entrainer dans leurs jeux alors que je suis hors jeu.


Ou êtes vous ceux qui peuvent comprendre? ceux qui ont des ailes déjà si puissantes ?

 Oh non je ne sens pas petite, je n’ai besoin que d’ être à l’ unissons avec les identiques  moi- même.


Comme  le condor sur la plus haute montagne, je lance mon cri d’appel ! je me sens la vague, eau de mer qui se fracasse  d’écume pour rejoindre le vivant  qui ne la reconnaît pas.


Je me sens arbres  feuilles et fleurs, je danse, je virevolte  encore trop près de la terre.

Je m’envole  dans le vent du vivant, parsemant de pleurs ceux que j’ai trop aimé dans des instants où je me suis donnée à eux corps, âme, esprit,  sans aucun regret!


Ou suis je  passée ? 

La divine mère  semble parler à travers moi, elle m’enveloppe, je voyage avec elle !

Je frôle de mon aile  ceux qui ne seront pas de mon voyage de retour j’arrose de perles d’eau salées de vision trop réelles  cet envol sans retour !


Vous ne comprenez  pas?

 Mon Dieu que je vous aime encore plus tout au long de ce chemin de retour, vous êtes si beaux, si merveilleux,   si magnifiques dans cet  oubli de vous que je ne peux que m’aimer à travers vous.


Le silence si vivant est venu… … …


Mariam à Sainte Cécile.    

 

 

17 AOUT 2009               15 heures


 La chaleur écrasante du" four solaire
 planétaire" me conduisit au vieux transat  plastico pourave, mais agrémenté
d'un joli coussin confortable ,
il était très sympathique,
 je gisais dessus mon corps nu,
miam fit- il!


Oui ..... bien sur à l'ombre du chêne gigantesque !


 Ce paravent de verdure me fit plisser
 les yeux pour saisir la boule de lumière
 qui cherchait à le contourner,
 jeux de couleur, ballet de danse pranique, cellules et formes imaginorèelles.

Je partais dans une torpeur rêveuse,
 revenant par à-coup au rappel  de ce corps.


Au milieu  d'un ronflement ......................
Un son me fit ouvrir les yeux ,un cri animalesque  un appel: creouaeac crououosac . Un appel long qui se répétait toutes les 10 secondes, en fait trois sons,.

Alors sur un fond de ciel  pur bleu vif, je le vis rasant le toit de ses ailes déployées, glissant planant, royal. Le rapace solitaire des cimes, ses plumes noires brillantes son envergure dépassait les deux mètres et  juste derrière lui un frère ou une sœur que sais-je, mais son identique ....


Alors j'ai ri à la beauté de la vie !


Vous comprenez si vous avez lu la page précédente spas?

Mariam à sainte cécile
 

 

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :