Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Mariam de Sainte Cécile

Le Maître

Le Maître,

 

         Il ne se faisait pas appeler Maître, car qui se dit Maître ne l’est point. Il avait un prénom comme vous et moi, mais ce qu’il disait était différent  de nos banales conversations. Ceux qui le rencontraient, démontraient en eux cette phrase «  quand l’élève est prêt, le Maître arrive » …hors donc un jour, je le rencontrai dans une sorte de hasard.

         Je n’étais encore qu’être endormi. Je me vis donc en lui qu’un homme normal, je n’entendis pas grand chose à ses paroles, alors que d’autres s’émerveillaient. Pourtant cela m’intriguait ; un homme qui passe et voit tellement de faits et d’indications dans ce que nous nommons notre vie quotidienne.

         Il décryptait comme un livre tous ces signes, sans séparation entre la grandeur des univers et la vie d’une fourmi, le tissage d’un tapis, un boule de pain, un sourire, ou comment ouvrir un volet sans bruit, le vol d’une feuille d’automne, le contact avec le loup ou les écrits les plus complexes, les chants, les nombres…et j’en passe .

         A qui sait  voir et entendre, tout est Maître ; Cet enseignement se déposait en moi, à moins qu’il ne se ravivait en moi , dans son sillage …silencieusement par son aura.

         Il est des Maîtres qui gardent des années leurs disciples prés d’eux, ou d’autres qui vivent en ashrams, en communauté, ou même en rencontres périodiques. Là, rien de 

tout cela, un jour il téléphonait  pour une heure, un jour, ou deux, il arrivait avec un ou cinq ou dix autres élèves. C’était l’enseignement sur l’instant, dans le présent, c’était le « dit du jour », toujours juste…. Puis il disparaissait deux mois, six mois ou un an….le temps que l’on digère et qu’a nouveau nous soyons prêts à un autre ensemencement.

         Après neuf ans, je reçu de lui cette phrase « vous avez tout les enseignements en vous, voilà, c’est tout ! »

         Il sortit ainsi de mon quotidien…mais ce qui est resté, ce sont « ses dits ».

         Ces dits ont prit lien de rails invisibles – pas besoin de les chercher – ils se ponctuaient dans le questionnement du quotidien par un voir, un savoir qui venait de loin.

         Chacun rencontre le Maître qui lui est nécessaire ; parfois d’effrayants monstres qui nous emplissent de terreur ou alors des monstres à l’affection débordante et piégeante – c’est alors qu’il est bien de savoir décrypter le chemin du quotidien à travers la science des univers de l’infiniment petit à l’infiniment grand.

         Un vrai Maître ne demande ni idolâtrerie, ni reconnaissance. Il vous demande juste d’être  une bonne terre pour les germes qu’il vous transmet. Le vrai but est que l’élève dépasse le Maître, avec simplicité, humilité et compassion …alors tout est accompli.

Je ne peux que retransmettre ce que je suis, issu de ce que j’ai en moi et ainsi nous arrivons à aujourd’hui.

Mariam 26/02/06

Partager cette page
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :